Accueil -> L'histoire -> Les Grandes-Duchesses -> Maria Nicolaïevna -> Lettres

 

Maria entourée de soldats blessés, en 1915.

 

Découvrez sur cette page quelques extraits de lettres issues de la correspondance de Maria avec ses proches, accompagnées de lettres originales et de quelques créations réalisées par la grande-duchesse! 

 Signature de Maria en 1915 
 

Lettre adressée à l'impératrice Alexandra, le 17 mai 1910.

Ma chère maman,

Comment vas-tu? Je voulais te dire qu’Olga aimerait beaucoup avoir sa propre chambre à Peterhof, car elle et Tatiana ont beaucoup trop d’affaires dans une chambre trop petite. Maman, à quel âge as-tu eu ta propre chambre? S’il te plaît, dis-moi que c’est possible d’arranger cela. Maman, a quel âge as-tu commencé à porter des robes longues? Ne penses-tu pas qu’Olga aimerait en porter? Je pense qu’elles seraient bien toutes les deux là où tu dormais quand Anastasia a eu la diphtérie.

Je t’embrasse, Maria.

P.S : Je t’ai écrit de ma propre initiative.

 

Dessin de Maria.

Dessin de Maria en 1910(?).

 

 

Lettre adressée à l'impératrice Alexandra, Pâques 1912.

Maman chérie, j’espère que tu n’as pas oublié qu’à Pâques en Russie, on doit donner « trois baisers » aux personnes que l’on aime le plus. Anastasia t’embrasse ainsi que papa. Je vous embrasse également.

Ta Maria adorée.

 

 

 "We Wish you darling Dicky a merry Xmas and a happy 1912 year. Much love to all.

Marie

Anastasia"

 

(Traduction:

Nous te souhaitons très cher Dicky un joyeux Noël et une bonne année 1912. Avec tout notre amour.

Marie

Anastasia)

 

Lettre adressée au tsar Nicolas II, le 22 septembre 1914.

[La Grande Guerre avait commencé depuis août 1914. Nicolas II fut envoyé aux quartiers généraux de l’armée, d’où il dirigeait les batailles]

Mon cher papa,

Je te remercie énormément pour ton télégramme. Je viens juste d’aller prier dans la chambre d’Alexei, mais il s’est avéré qu’Anastasia s’est arrangée pour prier juste devant mon nez. Quel impair! 

Ta Maria.

 

 

 "Happy Xmas dear Dick. Yr Olga, Tatiana, Marie, Anastasia. 1915"

(Traduction: Joyeux Noël cher Dick. Ton Olga, Tatiana, Marie, Anastasia. 1915.

 

 

Lettre adressée à l'impératrice Alexandra, le 15 décembre 1914.

Ma maman chérie! Comment vas-tu aujourd’hui? J’espère que tu te sens mieux à présent. Ostrogorskii [un des médecins de la famille impériale] m’a dit que je pourrai me lever demain, mais je n’aurai pas encore le droit de quitter ma chambre, étant donné que je dois garder ma compresse. Il reviendra dans la matinée. Il a dit que les [illisible] sont partis mais que ma gorge est encore rouge. Je t’embrasse très fort.

Ta Maria adorée.

 

 

 "Happy Easter! Dicky dear.

With love, Yr

Olga,

Tatiana,

Marie,

Anastasia"

 

(Traduction: Joyeuse Pâques! Cher Dicky.

Avec amour, ton Olga, Tatiana, Marie, Anastasia. 1916.

 

Lettre adressée au tsar Nicolas II, le 3 mars 1917.

[En 1917, les quatre filles du tsar ont attrapé la rougeole. A cette date, seule Maria n’a pas encore contracté la maladie.]

Mon cher papa adoré,

Je suis toujours avec toi dans mes pensées ainsi que dans mes prières. Mes sœurs sont encore couchées dans la chambre sombre, et Alexei s’ennuie déjà de leur absence. Aujourd’hui, nous avons moulé des balles en étain avec Zilik, il était très content. Je passe une grande partie de mes journées au près de maman, car je suis la seule encore en bonne santé. Je dors aussi avec elle au cas où quelqu’un voudrait la voir. Lily [Dehn] dort dans la chambre rouge. Cher papa adoré, nous te saluons et t’embrassons tendrement. Que Dieu te protège.

Ta fille.

 

Lettre adressée aux grandes-duchesses Olga, Tatiana, Anastasia et au tsarévitch Alexei.

[Au printemps 1918, Nicolas, Alexandra et Maria sont transférés à Ekaterinbourg. Olga, Tatiana, Anastasia et Alexei sont encore retenus à Tobolsk.]

Le Christ est ressuscité! Je vous embrasse tendrement mes chéris. Je me sens mieux aujourd’hui, mais je suis encore allongée. Papa va prendre un bain avant le dîner. Je me suis balancée avec Nyuta [Anna Demidova, la femme de chambre d’Alexandra] sur la balançoire américaine et j’ai fait les cents pas avec papa. Maman est encore alitée aujourd’hui. Elle va un peu mieux, bien que sa tête et son cœur la fasse souffrir. On nous a demandé de faire une liste des personnes qui vous accompagneront. J’espère que nous n’avons oublié personne. Nous devons aussi expliquer la présence de tous ceux qui sont avec nous. Oh, comme tout est devenu compliqué. Nous avons vécu si paisiblement pendant huit mois [à Tobolsk] et maintenant tout recommence. Je suis tellement désolée que vous soyez obligés de tout ranger toutes seules. J’espère avoir de vos nouvelles très bientôt.

Que le Seigneur vous garde, Mashka. 

   

Peinture de Maria en 1915.

Peinture de Maria.

 

Lettre datée du 4 mai 1918, adressée à Elizabeth Fedorovna, la sœur d’Alexandra, pour Pâques.

Il est vraiment ressuscité. Nous t’embrassons trois fois très chère. Merci beaucoup pour les œufs, le café et le chocolat. Maman a bu une tasse de café avec beaucoup de plaisir, c’était délicieux. C’est très bon pour ses maux de tête. Nous avons appris par les journaux que l’on t’a fait quitter ton couvent, et nous en sommes vraiment navrés pour toi. C’est étrange que nous nous retrouvions tous emprisonnés dans la même province. Nous espérons que tu pourras passer l’été quelque part en dehors de la ville, à Verkhoturie ou dans un monastère. Le fait de ne plus voir d’église nous a tant manqué. Mon adresse pour que tu puisses me transmettre une lettre: « Ekaterinbourg, le Comité Exécutif Régional, au Président ».

Puisse Dieu te protéger. Ta filleule adorée.

 

 

Créer un site
Créer un site