Accueil -> Le Chapitre Final




L'impératrice et ses filles rendant visite au Tsar et au Tsarévitch au quartier général de Moghilev, en 1916. De gauche à droite : Tatiana, Anastasia, Maria, Olga, Nicolas, Alexandra et Alexis.


Depuis le 17 juillet 1918, le sort des Romanov était entouré d'un grand mystère et les spécialistes sur la question n'arrivaient pas à se mettre d'accord : si pour certains tous les membres de la dernière Famille impériale russe ont bien été tués, d'autres en revanche estimaient que certains d'entre-eux auraient pu survivre. La cause de ces divergences était en réalité l'absence de corps. Malgré des recherches poussées, organisées notamment par le juge Sokolov, aucun corps n'a jamais été retrouvé. C'est pour cette raison que le juge a conclu à la destruction complète des onze dépouilles. Pourtant, il est matériellement impossible que Yourovski et ses hommes aient pu se débarrasser définitivement des corps des victimes en aussi peu de temps. Face à cette constatation, les plus grands enquêteurs de l'époque ont cherché à remettre en cause la thèse de l'assassinat collectif de Nicolas II et sa famille. Il faudra attendre 1979 pour que la lumière commence à se faire sur les événements de la nuit du drame.



La découverte de 1979

A partir de 1976, deux enquêteurs soviétiques, Guéli Riabov et Alexandre Avdonine, décidèrent de se lancer à la recherche des restes des Romanov, exécutés près de soixante ans plus tôt par les bolcheviques. Ils commencèrent leurs fouilles dans le puits de mine déjà inspecté par le juge Sokolov en 1919, avant d'entamer des recherches dans le Vallon du Porcelet. Les enquêteurs découvrirent dans une fosse peu profonde des restes humains et des fragments de céramique provenant des bonbonnes d'acide utilisées pour défigurer les victimes. Riabov témoigne : « J'ai découvert des crânes, qui présentaient des trous d'entrée et de sortie de balles. Ces crânes étaient de couleur noirâtre ou verdâtre, leurs os faciaux avaient été détruits par de forts coups au visage. Tous les squelettes qui se trouvaient dans cette sorte de tombe y étaient étendus entassés et mélangés. »

Pour les deux enquêteurs, il s'agissait à n'en pas douter des corps des Romanov. Cependant, une telle découverte en pleine ère communiste risquait de les mener tout droit en prison. S'ils voulaient coûte que coûte s'assurer de l'identité des restes, ils devaient rester discrets pour ne pas éveiller les soupçons des autorités. Ils décidèrent donc de retirer trois crânes afin de les faire expertiser. Selon Riabov, il s'agissait des crânes supposés de Nicolas II, de Tatiana et d'Anastasia ou d'Alexis. Cependant, très effrayés par leur découverte, les enquêteurs décidèrent, un an plus tard, de ne pas faire expertiser les crânes et de les remettre dans la tombe à l'intérieur d'une petite caisse en bois. Ces fouilles de Riabov et d'Avdonine ont été très critiquées par la suite, car n'ayant pas le matériel et les compétences nécessaires pour procéder à cette exhumation, ils ont irrémédiablement endommagé les ossements.


Les trois crânes exhumés par Avdonine et Riabov en 1979.



Les contradictions entre les expertises russes et américaines

En 1991, l'empire soviétique tombait définitivement et une nouvelle ère libérale s'ouvrait en Russie. Sous l'impulsion d'Avdonine, Boris Eltsine, le nouveau président de la Russie post-communiste, donna son accord pour organiser l'exhumation officielle des restes retrouvés en 1979. Dès le début des fouilles, de fortes protestations virent le jour car aucune règle archéologique n'était respectée : toutes sortes de personnes pénétraient à l'intérieur du champ de fouilles, l'exhumation des restes se faisait à la pelle, les ossements étaient manipulés à mains nues et entreposés à même le sol dans la boue.


          Les conclusions de l'anthropologue russe Abramov

Plus de 950 os ou fragments d'os sont ainsi découverts dans la Vallon du Porcelet. L'anthropologue russe Sergueï Abramov était chargé d'identifier les corps fraîchement exhumés. Il réussit à reconstituer neuf squelettes, alors que onze personnes ont été tuées par les bolcheviques le 17 juillet 1918 : les Romanov et leurs quatre domestiques. On photographia les crânes afin de les superposer avec les photos des Romanov pour vérifier l'existence ou non de correspondances. Cette méthodes permit d'identifier avec certitude six corps : Nicolas II, Alexandra et les quatre domestiques. Il restait donc trois corps qui posaient problème, tous de sexe féminin. A ce stade, les scientifiques pouvaient donc affirmer que le corps d'Alexis ne se trouvait pas dans la fosse. L'identification des trois corps féminins était difficile, car comme le précise Abramov, « elles étaient très proches par l'âge, et les caractéristiques physiques de leurs crânes, au vu de l'état de dégradation dans lequel ils se trouvaient, étaient difficiles à distinguer ». Au final, il attribua le crâne n°3 à Olga, le crâne n°5 à Tatiana et le crâne n°6 à Anastasia.


Selon Abramov, les deux corps manquants seraient donc ceux de Maria et d'Alexis.


          Les conclusions de l'anthropologue américain Mapples

La méthode de reconstitution faciale utilisée par Abramov était très critiquée, car elle ne permettait pas d'identifier avec certitude un corps, d'autant plus que la plupart des crânes étaient très détériorés. Face à ce constat, une contre-expertise est organisée par l'anthropologue américain William Mapples. Il détermina que les squelettes appartenaient à quatre hommes matures et à cinq femmes (deux femmes matures et trois jeunes femmes).

 

Identité supposée

Âge

Caractéristiques

Corps n°1

Anna Demidova

40-50

Femme d'âge mûr avec un bridge de mauvaise qualité.

Corps n°2

Docteur Botkine

50-60

Homme d'âge mûr avec une prothèse dentaire supérieure.

Corps n°4

Nicolas II

45-55

Homme d'âge moyen d'assez petite taille. Les os des hanches sont déformés, le front est large et les arcades proéminentes. La face du crâne est détruite et le cerveau, desséché, est toujours présent.

Corps n°7

Alexandra

45-50

Femme d'âge moyen avec des cotes abîmées. Certaines des prothèses dentaires sont en platine et porcelaine : cette méthode était alors d'usage en Allemagne. Or, l'impératrice Alexandra est justement d'origine allemande.

Corps n°8

Ivan Kharitinov

40-60

Les ossements de ce corps sont très abîmés, car reposant au fond de la fosse, c'est celui qui a été le plus en contact avec l'acide sulfurique.

Corps n°9

Alexis Trupp

60-65

Homme d'âge mature : c'est la victime la plus âgée parmi les corps retrouvés.


Les trois derniers squelettes (n°3, 5 et 6) appartenaient à trois jeunes femmes. Ils possédaient tous un os protubérant au bas de la nuque, tout comme le corps n°7 attribué à Alexandra. Or, il s'agit d'une particularité héréditaire très peu répandue. On peut donc supposer que nous sommes en présence des corps d'une mère et de ses filles.

En accord avec les conclusions d'Abramov, Mapples estime que les corps d'Olga et de Tatiana se trouvaient bien dans la fosse.

Le crâne du corps n°3 possède un front très large. La moitié du visage de la victime et la mâchoire inférieure sont détruites. La taille du corps est estimée à 1 mètre 69, mais il ne s'agit que d'une approximation, car les tibias ont été sectionnés. Les scientifiques ont pu estimer l'âge de la victime grâce à ses dents de sagesse : les racines sont pleinement développées, ce qui permet de conclure que la jeune femme était largement sortie de l'adolescence. Il s'agit donc de la plus âgée des trois filles, la Grande-Duchesse Olga, âgée de 22 ans au moment de sa mort.

En revanche, les racines des dents de sagesse du corps n°5 ne sont pas pleinement développées, tout comme le sacrum, qui se situe en bas du bassin. Les os de ses membres venaient d'achever leur croissance, mais son dos était encore en développement. Tout comme le corps n°3, la moitié de la face est détruite. Mapples estima la taille de la victime à 1 mètre 71. Cependant, les tibias étant également sectionnés, une marge d'erreur d'une dizaine de centimètres était possible. La taille du squelette oscille donc environ entre 1 mètre 61 et 1 mètre 71. Au regard de la taille de la victime et des autres indices, il conclut qu'il s'agissait de la Grande-Duchesse Maria, âgée de 19 ans au moment de sa mort.

En ce qui concerne le corps n°6, le sacrum et les clavicules sont matures, mais les racines de ses dents de sagesse ne sont pas complètement développées. Il s'agit donc d'une jeune femme d'environ 20 ans, plus jeune que le corps n°3, mais plus âgée que le corps n°5. La taille de la victime est estimée à 1 mètre 67, mais toujours avec la même marge d'erreur que les deux autres dépouilles. Le corps est finalement attribué à la Grande-Duchesse Tatiana, âgée de 21 ans au moment de sa mort.


Contrairement à Abramov, Mapples estime que c'est Anastasia la sœur manquante, et non pas Maria.

 
          L'identité de la sœur manquante

Contrairement à Abramov, Mapples considérait donc que la fille manquante était Anastasia, et non pas Maria. Pour l'anthropologue américain, aucun des corps n'était assez jeune pour être celui d'Anastasia. Ce n'est pas tout. Si pour Abramov, le corps n°6 serait celui d'Anastasia, Mapples estime en revanche qu'il s'agirait de Tatiana. Cependant, pour Abramov, c'est le squelette n°5 qui appartiendrait à Tatiana, alors que Mapples considère qu'il s'agirait de Maria. De ce fait, c'est l'identification des trois plus jeunes filles du Tsar qui posait problème.

 

Abramov

Mapples

Corps n°5

Tatiana

Maria

Corps n°6

Anastasia

Tatiana

La sœur manquante

Maria

Anastasia


Récapitulons les solutions possibles :
  • Le corps de Maria ne peut être que le n°5.
  • Le corps d'Anastasia ne peut être que le n°6.
  • Le corps de Tatiana peut être le n°5 ou le n°6.
La clef du problème est donc Tatiana. Si son corps est le n°5, alors Maria est la sœur manquante. En revanche, si son corps est le n°6, c'est Anastasia la sœur manquante. Si l'on identifiait avec certitude le corps de Tatiana, on saurait de fait qui est la sœur manquante entre Maria et Anastasia. Cependant, les deux scientifiques campant sur leur position, le mystère demeure.



L'identification des corps grâce à l'ADN

Les expertises d'Abramov et de Mapples ont permis de déterminer l'identité probable des corps. En outre, du fait de la présence d'un os protubérant à la base de la nuque des squelettes n°7, 3, 5 et 6 (caractéristique rare et héréditaire), Mapples a réussi à démontrer qu'il s'agissait d'une mère et de ses trois filles. En revanche, seul l'ADN peut prouver l'identité exacte des corps.

Les scientifiques ont donc prélevé des échantillons osseux, qui ont été poncés afin de retirer leur surface dégradée. L'ADN nucléique permit de déterminer qu'il s'agissait bien de quatre hommes et cinq femmes, parmi lesquels se trouvaient deux parents et leurs trois filles. En revanche, les quatre autres squelettes, attribués aux domestiques, n'avaient aucun lien de parenté entre eux. Les scientifiques n'ont pas pu en apprendre davantage grâce à l'ADN nucléique, la quantité obtenue étant trop faible.


          L'identification des corps d'Alexandra et de ses filles

C'est grâce à un échantillon de sang prélevé sur le duc d’Édimbourg, petit-neveu de la Tsarine et époux de la Reine Élisabeth II d'Angleterre, que les scientifiques ont pu identifier les corps d'Alexandra et de trois de ses filles.

L'ADN mitochondrial, transmis uniquement par les femmes à leurs enfants, permit d'identifier l'impératrice Alexandra et ses trois filles. En effet, la sœur aînée d'Alexandra, Victoria, était la grand-mère maternelle du duc d’Édimbourg, l'époux de la reine Élisabeth II d'Angleterre. Il donna volontiers un échantillon de son sang. Les scientifiques ont ainsi pu déterminer que l'ADN mitochondrial du mari de la reine d'Angleterre était identique à celui des corps supposés d'Alexandra et de ses trois filles. Les scientifiques en ont donc conclu que les quatre corps féminins appartenaient bien à l'impératrice et à trois de ses filles. En revanche, l'ADN ne peut pas révéler l'identité exacte des victimes. Le mystère demeure donc quant à l'identité de la sœur manquante : Maria ou Anastasia.


           L'identification du corps de Nicolas II

Le corps de Nicolas II n'a pu être authentifié qu'à 98,5%.
L'identification de Nicolas II a été plus compliquée. Un premier échantillon de sang a été donné par Xénia Sfiris, l'arrière-petite-fille en ligne féminine de Xénia Alexandrovna, la sœur de Nicolas II. Un deuxième échantillon de sang a été donné par le duc de Fife, descendant par les femmes de Louise de Hesse-Cassel, grand-mère maternelle de Nicolas II. L'ADN mitochondrial de Xénia Sfiris et du duc de Fife correspondait entre eux, puisque les deux individus descendent de la même lignée de femmes. Cependant, il ne correspondait pas exactement avec celui de Nicolas II. Ces différences ont sans doute été provoquées par une mutation génétique due à une contamination extérieure des ossements. Malgré tout, les ossements étudiés ont été attribués à Nicolas II avec une certitude de 98,5%. Pour les scientifiques, la probabilité était donc assez forte pour affirmer que le squelette n°4 était bien celui du dernier Tsar. En outre, l'ADN nucléique avait permis de prouver qu'il s'agissait d'un père, d'une mère et de leurs enfants. Dès lors, les scientifiques ayant identifié avec certitude Alexandra et ses filles, le dernier corps ne pouvait être que celui de Nicolas, même si la certitude n'était que de 98,5%.



La découverte tardive des corps d'Alexis et de Maria (ou d'Anastasia)

Après des années de recherches, deux corps restaient introuvables : celui d'Alexis et celui de l'une de ses sœurs : Maria ou Anastasia. Selon Yourovski, leurs corps auraient été brûlés et enterrés un peu plus loin. Cependant, mise à part la déposition du chef de l'exécution, aucune preuve réelle ne pouvait affirmer la mort des deux enfants disparus.

En juillet 2007, une fouille organisée dans la forêt de Koptiaki permit de mettre au jour dans des conditions assez mystérieuses des débris d'ossements, des balles et des fragments de poterie. Les balles retrouvées sur les lieux dataient des années 1917-1918, mais n'étaient pas du même calibre que celles retrouvées en 1991. Quant aux restes retrouvés, il ne s'agissait pas de squelettes complets comme en 1991, mais de quelques débris en très mauvais état. Pour faciliter le travail des chercheurs, les journalistes sont écartés de l'affaire afin d'éviter le même scandale qu'en 1991.


Restes humains retrouvés en 2007 dans le Vallon du Porcelet, à quelques mètres de la fosse de 1991.

Rapidement, les premières conclusions tombent. Il s'agirait de deux corps : celui d'une jeune femme d'environ 20 ans et celui d'un adolescent d'environ 14 ans. Les analyses ADN s'annonçaient cependant plus difficiles : les restes étaient en très mauvais état et l'ADN ne résiste pas bien aux épreuves du temps, qui plus est dans un climat aussi humide qu'en Sibérie. Il n'y avait donc qu'une solution pour identifier les corps : broyer une partie des ossements afin d'en extraire le reste d'ADN qu'ils contenaient. Grâce à cette méthode, les scientifiques ont réussi à extraire de l'ADN. Les deux corps partageaient les mêmes marqueurs génétiques : il y avait donc 99% de chances que ces corps soient ceux d'un frère et d'une sœur.

Afin de déterminer si les deux dépouilles appartenaient bien à des membres de la famille Romanov, les scientifiques ont comparé l'ADN de l'adolescent avec celui du Tsar et de la Tsarine. Le jeune garçon partageait les mêmes marqueurs génétiques que les deux souverains : il s'agissait donc de leur fils, le Tsarévitch Alexis. Les deux corps étant ceux d'un frère et d'une sœur, la dépouille féminine est donc forcément celle de l'une des filles du Tsar : Maria ou Anastasia. Cependant, comme en 1991, les tests ADN ne peuvent pas nous en apprendre davantage. S'il est à présent certain que les deux plus jeunes filles du Tsar ont été retrouvées, il n'est pas possible de dire avec certitude laquelle a été retrouvée en 1991 et laquelle a été retrouvée en 2007. Quoi qu'il en soit, le corps n°5 retrouvé en 1991 a été inhumé en 1998 sous le nom d'Anastasia Nicolaïevna, tandis que les restes retrouvés en 2007 ont été attribués à Maria Nicolaïevna.



La fin du mystère ?

Officiellement, pratiquement tous les corps des Romanov ont été retrouvés en 1991. Les restes retrouvés en 2007 et identifiés en 2008 comme étant ceux de Maria et d'Alexis attendent toujours d'être enterrés auprès de leur famille. Est-ce pour autant la fin d'un des plus grands mystères du XXème siècle ? Pas si sûr. En effet, des opinions dissidentes se font toujours entendre et clament que les dépouilles enterrées dans la cathédrale impériale ne seraient en aucun cas celles de Nicolas II et sa famille.

Un premier point mis en avant par les détracteurs de la version officielle est l'absence de trace de callosité osseuse sur le crâne attribué au Tsar. En effet, lors du voyage de Nicolas au Japon en 1891, alors qu'il n'était encore que Tsarévitch de Russie, le futur Tsar reçut deux violents coups de sabre dans la tête par un policier déséquilibré. Les blessures étaient sérieuses, mais le jeune héritier s'en remit rapidement. Il en restera marqué à vie et une cicatrice persistera sur le côté droit de son crâne. Or, aucune trace de cette cicatrice n'a été retrouvée sur le crâne n°4, attribué à Nicolas II. Pour le procureur Soloviev, cette absence de cicatrice serait due à l'action de l'acide et des conditions climatiques défavorables à la bonne conservation d'un corps. Pourtant, le docteur Zviaguine avait affirmé que le corps n°4 ne pouvait pas être celui de Nicolas II, car il présentait une décalcification des os et appartenait à un individu enclin à de l'embonpoint. Or, Nicolas II était loin d'avoir de l'embonpoint : c'était un homme très actif, très sportif et donc musclé. Malgré tout, le corps n°4 a été attribué à Nicolas II et enterré sous son nom dans la cathédrale des Tsars. Face à ces constations, on peut sérieusement douter de l'authenticité du corps n°4.

Le Tsarévitch Nicolas, futur Nicolas II, en visite au Japon en mai 1891. C'est dans la ville d'Ötsu qu'un policier déséquilibré tenta d'assassiner le futur souverain en lui assénant deux violents coups de sabre sur la tête. Une cicatrice persistera sur le côté droit de son crâne. Or, aucune cicatrice n'a été retrouvée sur le crâne attribué à Nicolas II.

Par ailleurs, certains historiens ont remis en question la fiabilité des analyses génétiques, car les tests ADN ne permettent pas d'identifier précisément une personne, mais plutôt l'appartenance d'une personne à un groupe d'individus. De ce fait, il n'est pas possible de différencier des frères et des sœurs par l'ADN. Or, le frère de Nicolas II, Michel, a été tué avec son secrétaire par les bolcheviques en juin 1918. Les corps des deux hommes n'ont cependant jamais été retrouvés. Pour eux, la dépouille du Grand-Duc aurait ainsi pu être déplacée dans la fameuse fosse et donc confondue avec celle de Nicolas II par les tests ADN. De plus, les scientifiques ont prouvé qu'un ADN mitochondrial similaire pouvait se retrouver chez des individus sans lien de parenté entre eux. Ainsi, si l'ADN mitochondrial du duc d’Édimbourg et celui du corps attribué à la Tsarine sont semblables, cela ne veut pas dire pour autant qu'il s'agissait forcément d'Alexandra.

Pour finir, on peut se rappeler que le corps n°4 a été identifié comme étant celui de Nicolas à 98,5% : une preuve irréfutable selon certains scientifiques. Or, comme le fait très justement remarqué Nicolas Ross dans son ouvrage « La mort du dernier Tsar », « le pourcentage qui vient d'être évoqué, 98,5%, est exactement celui des éléments communs à l'ADN de l'homme et de son lointain cousin le chimpanzé ». Cette remarque très pertinente permet de remettre en question la fiabilité incontestable des analyses ADN...



Quelle conclusion pouvons-nous apporter à l'affaire Romanov ?


Les dépouilles des derniers Romanov ont été inhumées le 17 juillet 1998 dans la cathédrale Pierre-et-Paul de Saint-Pétersbourg, quatre-vingts ans jour pour jour après leur massacre par les bolcheviques. La science a prouvé que Nicolas II et toute sa famille ont bien été assassinés dans les caves de la maison Ipatiev. En l'an 2000, l’Église orthodoxe russe a décidé de canoniser les Romanov, les considérant comme morts martyrs. Finalement, en octobre 2008, la Cour Suprême de Russie a réhabilité le Tsar et sa famille, estimant la politique répressive bolchevique contre les Romanov comme injustifiée. L'inhumation prochaine des restes de Maria et d'Alexis dans la cathédrale des Tsars semble ainsi être le point final apporté à l'une des histoires les plus tragiques du XXème siècle.

Pourtant, certains historiens contestent toujours l'authenticité des restes attribués aux derniers Romanov et, comme nous l'avons vu, il existe des incohérences et des imprécisions dans les analyses scientifiques. Le mystère entourant la disparition de la dernière Famille impériale de Russie ne s'éteindra donc pas de si tôt. Cependant, la science ne pourra sans doute plus nous en apprendre davantage sur les événements de la nuit du drame, à moins d'exhumer et d'analyser les corps des différents prétendants. A présent, cette affaire appartient entièrement aux historiens. Il faut donc garder un esprit critique face à la prolifération récente de différentes thèses concernant la "véritable" fin des Romanov...


Icône représentant Nicolas II et sa famille. En l'an 2000, les Romanov ont été canonisés par l’Église orthodoxe russe et élevés au rang de martyrs. Le Saint Tsar et sa famille sont célébrés par les orthodoxes le 17 juillet.


 
 



Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement